Actualités voyage d'AVI International assurances
  • imprimer
  • mail

Voyager avec un enfant en bas âge

conseils de voyage avec un enfant, les globe blogueurs pour AVI International

Voyager avec un enfant en bas âge est souvent synonyme de stress pour les parents. Sébastien et Laura du blog les Globe Blogueurs nous font part de leurs conseils sur la question.

Tout d'abord pourriez-vous nous présenter votre famille ? Quel âge a votre enfant et depuis combien de temps voyagez-vous avec lui ? Quelles destinations avez-vous déjà parcourues avec lui ?

Nous sommes trois ! Sébastien, Laura et Hélio qui a un an et demi. Avec Laura, nous voyageons ensemble depuis plus de 10 ans. C'est une passion commune que nous nous sommes découverts dès notre rencontre. D'ailleurs notre fils a été conçu lors d'un voyage au long cours en Amérique latine. Durant les trois premiers mois de grossesse, nous étions entre la Bolivie, le Pérou, l'Argentine et le Chili.

Après la naissance d'Hélio, nous avons attendu 4 mois avant de repartir en voyage à l'étranger, mais seulement en Europe : Portugal, Italie, Malte, Espagne. Puis récemment nous sommes allés à Madagascar quelques semaines. Notre lémurien a rencontré ceux de la grande île rouge !

Vous a-t-il été difficile de franchir le pas ? Que diriez-vous à des parents qui hésitent à partir en voyage avec leur bébé ?

Nous sommes de grands voyageurs, la question de continuer nos explorations avec Helio ne s'est même pas posée. Il était évident que nous allions l'emmener avec nous pour découvrir le monde, mais ça ne veut pas dire que nous n'étions pas préoccupés, voire stressés ! Ce n'était pas évident de trouver comment s'adapter et nous nous sommes posés des milliers de questions.

Comment se prépare un voyage en famille ?

Vaste question ! Je dirais que la grande différence avec un voyage en couple ou en solo, c'est qu'il faut d'avantage anticiper et planifier, ce qui n'était pas du tout dans nos habitudes.

Désormais nous devons réfléchir à l'avance sur ce que nous devons emmener en fonction des conditions sur place (climat, transports, nourriture…) et parfois réserver les logements avant de partir, ce que nous détestons faire. Enfin c'était surtout le cas pour sa première année, désormais nous pouvons coucher Hélio sur un matelas classique, ce qui laisse plus de souplesse pour le choix d'une chambre.

Aussi nous devons partir avec plus de matériel qu'auparavant : un moyen pour le transporter (poussette et/ou porte bébé), éventuellement lit portatif, gigoteuse, trousse de toilette plus fournie, etc.

Choisissez-vous vos destinations en fonction de votre fils ?

Jusqu'à ses un an et demi, oui, nous ne souhaitions pas aller dans des destinations trop lointaines. Les temps de transports trop importants nous rebutaient et le voyage doit avant tout rester un plaisir ! Il est beaucoup plus compliqué de se reposer dans un avion ou un bus avec un bébé. Et puis surtout nous avions besoin de prendre nos marques et partir pour de « petits » séjours nous a permis d'apprendre le loisir de parents voyageurs.

Mais finalement, avec le recul, nous nous apercevons que les transports sont bien plus fatigants avec un enfant d'un an et demi que de 6 mois. C'est qu'ils ont de l'énergie ces petits bouts !

Aujourd'hui, nous ne choisissons plus du tout nos destinations en fonction de notre fils, mais nous adaptons notre mode de voyage selon le pays pour qu'il puisse être à son aise.

Voyager en famille vous a-t-il fait changer vos habitudes de voyage ? Comment vous êtes-vous adaptés ?

C'est indéniable, nous avons changé notre façon de voyager. Nous étions en mode « sac à dos », sans planification, avec très peu d'affaires. Aujourd'hui, nous devons d'avantage anticiper pour voir si les transports vont convenir, si le logement et les activités seront adaptés.

Les enfants en bas âge ont besoin de repos dans la journée et de se coucher tôt. Si la sieste dans le porte bébé peut se concevoir de temps en temps, il faut tout de même ralentir le rythme pour ne pas trop le perturber.

Malgré tout, nous avons gardé notre mode de voyage en itinérance, bien que le rythme soit plus doux. Les randonnées sont plus courtes (nous n'avons pas encore tenté le trek de plusieurs jours avec Hélio), nous prenons d'avantage le temps de découvrir un lieu, ce qui n'est pas plus mal.

Quel matériel emportez-vous pour le bébé ? Emportez-vous des jouets avec vous également ?

C'est très variable selon l'âge et la destination. Mais ce qui revient tout le temps, c'est le porte bébé. Ensuite, nous avons une petite tente qui lui sert à dormir quand le logement n'est pas équipé. Bien sûr, il y a tout le nécessaire pour le toiletter et quelques indispensables dans la trousse à pharmacie, comme un anti-diarrhéique et des sachets de réhydratation (pour les pays chauds,) au cas où.

Nous emmenons également un doudou en voyage, bien qu'il n'en ait pas vraiment besoin à la maison, je pense que c'est important pour lui la nuit, cela le rassure quand il est dans un endroit inconnu.

Par contre, même si nous prenons quelques petits jouets, je crois qu'il s'en moque totalement… Il y a tellement de choses nouvelles à découvrir qu'il les ignore complètement, même durant les longs trajets. Embêter le voisin ou relever la tablette du siège est tellement plus intéressant !

Au niveau des repas, choisissez-vous des plats adaptés sur place ou prévoyez-vous tout cela avant le départ ? Comment vous organisez-vous ?

Là aussi, cela dépend de l'âge, de la destination et de la durée du voyage. Pour un court séjour, nous emportons une partie de sa nourriture, cela nous fait gagner du temps. Pour les séjours plus longs, nous voyons sur place. Soit en achetant des pots tout faits, soit en cuisinant quand il n'y en a pas. Cela demande un peu plus d'organisation, à savoir choisir un logement avec cuisine, mais rien de bien sorcier.

Aussi, nous allons assez souvent au restaurant pendant nos voyages, du coup nous demandons des plats adaptés dans ce cas-là. Par exemple à Madagascar, nous demandions un peu de carotte et de pommes de terre écrasées, du riz blanc et le tour est joué.

Plus petit, Laura allaitait Hélio, c'était alors très simple !

Comment gérez-vous les siestes, les moments de fatigue ou d'ennui du bébé pendant le voyage ?

La sieste est sans doute le plus compliqué à gérer. Les sorties que nous voulons faire sont souvent à la journée et quand nous coupons la journée en deux, il est souvent très excité par ce qu'il découvre et ne veut pas dormir.

Quand nous partons en randonnée toute la journée, il dort dans le porte bébé, c'est finalement sûrement le cas de figure le plus simple.

Lorsqu'il s'agit d'excursions en voiture avec des étapes, il dort pendant ces trajets. Nous faisons alors en sorte que les trajets correspondent à peu près aux heures de sieste.

Sinon, quand nous rentrons dans notre logement pour la sieste, il faut s'armer de patience, trouver un endroit calme, prendre le temps de l'aider à s'endormir.

Pour ce qui est de l'ennui, il n'y a que lors de longs trajets en voiture ou en bus que la question se pose. En avion ou en train, on peut bouger, il trouve alors facilement de quoi jouer. C'est plus difficile quand il ne peut pas bouger. Il faut alors jouer avec lui et faire des pauses régulières (quand on peut).

Quels sont vos meilleurs souvenirs de voyage en famille ?

Ils sont encore très récents, mais s'accumulent vite. Ce qui me vient immédiatement à l'esprit, c'est l'émerveillement partagé lors de notre première rencontre avec des lémuriens dans la forêt tropicale de Madagascar. Voir Hélio réagir aussi positivement que nous devant ces adorables boules de poil enlève instantanément tous les doutes !

De manière générale, le voir grandir, découvrir, évoluer dans ces moments exceptionnels est une émotion incomparable, car on mêle le plaisir du voyage au plaisir des instants de complicité en famille.

Et les pires ?

Ce serait dommage de finir sur une note négative ! Mais il faut bien avouer que tout n'est pas toujours parfait en voyage (nous avons d'ailleurs dédié une série sur un ton léger sur le blog à ce sujet : voyageur loser). Nos tout premiers séjours en famille ont demandé quelques réglages. Je me souviens notamment de la fatigue accumulée lors de notre séjour à Porto, alors qu'Hélio ne faisait pas encore ses nuits. Vouloir crapahuter toute la journée et ne pas beaucoup dormir la nuit, ce n'est pas une bonne idée !

Résultat, nous avons appris rapidement que s'il faut respecter le rythme de son bébé, il faut aussi écouter sa propre fatigue et ne pas chercher à en faire autant que lorsqu'on était sans lui.

Qu'on se le dise, ralentir le rythme permet de voir d'autres choses, ce n'est pas forcément synonyme de frustration.

Sébastien et Laura du blog Les Globe Blogueurs

close

Récupérez votre mot de passe :