Actualités voyage d'AVI International assurances
  • imprimer
  • mail

Tour du monde : Yoann raconte ses 7 premiers mois

assurances voyages et tours du monde

Pour beaucoup, quitter son job et partir en tour du monde est un rêve inaccessible. Pourtant Yoann l'a fait. Il nous livre son ressenti, ses souvenirs, ses difficultés.

1) Bonjour Yoann, pourrais-tu te présenter s'il te plait ?
Bonjour, je m'appelle Yoann. Je suis actuellement en voyage autour du monde pendant un an. Ce voyage a débuté il y a maintenant 7 mois. Avant cela, je travaillais pour une PME dans laquelle j'étais responsable du développement d'une gamme de services web. Faire le tour du monde a toujours fait partie de mes plus grands rêves. J'ai créé mon blog Yoannontheroad.com à cette occasion.

2) Quelle était la destination et le but de ton voyage ?
Mes destinations incluent 16 pays : Chili, Argentine, Brésil, Nouvelle-Zélande, Hong Kong, Philippines, Malaisie, Singapour, Indonésie, Cambodge, Laos, Thaïlande, Myanmar, Sri Lanka, Inde et Népal. Cet itinéraire a été établi en fonction des saisons et de la promiscuité entre les pays afin d'éviter la pluie le plus possible et d'avoir les plus courts déplacements entre 2 pays. Je voyage aussi à contresens de la rotation de la Terre parce qu'un voyage au Brésil avait déjà été organisé avant que je décide de planifier le tour du monde. Il était donc plus pratique et logique à cette période que je commence par l'Amérique du Sud.
Le but de mon voyage est de m'ouvrir l'esprit à de nouvelles cultures et modes de vie. Voyager permet de voir de ses propres yeux comment se déroule la vie des habitants au-delà des frontières. Mais surtout, cela permet de voir les choses sous un autre angle pour finalement savoir relativiser sur plusieurs aspects de la vie qu'on mène chez nous, en France.

3) Tu es le créateur du blog de voyage yoannontheroad.com, pourrais-tu nous en dire plus ?
J'ai créé ce blog dans le but de donner des nouvelles régulières à ma famille et mes proches pendant mon voyage. On y retrouve plusieurs rubriques comme « Vie urbaine », « Nature » ou encore « Rencontres locales ». Faire un blog est leur meilleur moyen que j'ai trouvé pour leur partager ce que je vis. J'y écris des articles où je livre mon point de vue mais y poste aussi des photos et des courts-métrages vidéo. Avant de partir, j'ai appris seul la vidéo et le montage. J'ai choisi la maquette du site moi-même et me suis fait aider par un proche expert en la matière pour finaliser la base du blog.

4) Pourquoi tu as pris la décision de partir pour ce long voyage ?
Je voyage depuis mon enfance. Des longs séjours aux Etats-Unis et en Asie jusqu'aux plus courts séjours en Europe, je me suis toujours débrouillé pour voyager au-delà des frontières et découvrir de nouveaux horizons. Le voyage a toujours fait partie de mes passions mais l'idée de faire un grand voyage en sac à dos m'est apparue il y a 1 an seulement et n'a pas cessé de grandir. Puis il y a quelques mois, je me suis retrouvé sans emploi. J'ai alors pris cela comme un signe du destin pour planifier ce long voyage. Puis rapidement m'est venue en tête une autre question : « Et pourquoi pas voir plus grand et faire carrément un tour du monde ? ». C'est là que je me suis rendu compte que le web regorge de blogs de voyageurs solo ayant déjà réalisé un tour du monde. Je me suis alors dit que s'ils ont réussi à le faire, je peux le faire aussi.

5) As-tu souscrit une assurance voyage pour ton tour du monde ? Si oui, quelles étaient ses garanties ?
Bien sûr. Je ne voulais pas prendre de risques à partir sans couverture, au cas où « quelque chose » surviendrait.

6) Qu'as-tu retenu des mentalités de gens, de la nourriture, des paysages et de l'architecture?
Jusqu'ici je trouve la nourriture plutôt bon marché, variée et très parfumée quel que soit le pays où je me trouve. Il n'est vraiment pas difficile de se nourrir correctement pour quelques euros en tant que globe-trotteur, que ce soit dans les boui-boui ou les restaurants en bord de route, dans les pays d'Asie du sud-est ou en Amérique du Sud. Chaque pays a son charme gustatif ce qui d'ailleurs m'a donné envie de reproduire les mêmes recettes une fois de retour du voyage.
Ce qui m'a marqué le plus à propos des habitants que j'ai rencontré, ce sont leur hospitalité, leur sourire facile, leur volonté d'échanger quelques paroles, même quelques minutes seulement, et leur curiosité d'en savoir plus sur moi. J'ai vraiment adoré leur sincérité à ce moment-là et tous les efforts qu'ils faisaient pour communiquer avec moi malgré les barrières de la langue. Je réalisais à quel point il s'agissait d'instants purs et uniques, que ce soit avec un habitant croisé dans une gare routière ou bien un autre assis devant chez lui, dans un village.
J'ai aussi été émerveillé par une quantité de paysages aussi beaux les uns que les autres. Je retiens particulièrement ceux que j'ai pu voir lors de mon trek de 5 jours dans le parc national Torres del Paine, au sud du Chili. Les sensations y étaient encore plus décuplées grâce à cette sensation d'accomplissement après de longues heures de marche pour atteindre un sommet ou encore un glacier. Concernant l'architecture, je retiens par-dessus tout les constructions extraordinaires que sont les temples de Borobudur et de Prambanan en Indonésie, mais aussi les temples d'Angkor au Cambodge.

7) Quels sont tes meilleurs souvenirs ?
J'en ai plusieurs en tête. Mais mon meilleur souvenir reste sans doute ce circuit « W » au parc national Torres del Paine au Chili, un trek de 89km sur 5 jours que j'ai réalisé avec un autre voyageur rencontré quelques jours auparavant sur le ferry. J'ai eu la chance d'y admirer de magnifiques paysages montagneux et glacés sur des massifs culminant à plus de 3000 mètres d'altitude, tout en traversant des blocs de roches, des sentiers boueux ou encore des couches épaisses de verglas. J'ai eu des crampes aux deux jambes, le dos en compote et les mêmes vêtements pendant 5 jours, mais j'étais rempli d'une satisfaction totale et de fierté personnelle débordante.
J'ai eu bien d'autres belles expériences, comme notamment une ballade en scooter de plusieurs jours sur le plateau des Boloven au Laos avec ce couple de jeunes français, ou encore ma rencontre avec une jeune guide javanaise qui m'a fait découvrir son village et les coutumes de ses habitants.

8) Qu'est-ce qui t'a émerveillé le plus (quelque chose à quoi tu ne t'attendais pas du tout) ?
Les chutes d'Iguazu sont sans doute un des paysages les plus spectaculaires de la nature. Je me souviens encore à quel point j'étais presque hypnotisé devant cette masse d'eau en train de s'effondrer devant moi. La veille au soir, la jeune femme de la réception de l'auberge me donnait un précieux conseil pour une expérience mémorable. Elle me conseillait de pénétrer à l'intérieur du parc dès l'ouverture et de rejoindre le point des chutes à pied avant l'arrivée des autres touristes qui eux, attendait le premier train pour y aller. Le lendemain, je suis donc arrivé le premier et seul sur le point de vue. J'ai effectivement ait eu la chance d'admirer pendant 30 minutes ces énormes chutes d'eau sans aucun touriste à mes côtés. Un moment encore inattendu 24 heures plus tôt, et un spectacle rare d'intimité avec la nature qui exprimait toute sa puissance devant mes yeux.

9) Quelles ont été les difficultés et les moments plus durs du voyage ?
Je pense que le poids de mon sac à dos a été pendant un moment un gros handicap pour mes grands déplacements. Un jour, je me suis rendu compte que certaines affaires que je transportais ne m'étaient pas nécessaires alors j'en ai donné quelques unes à des habitants lorsque j'étais aux Philippines. Avec quelques kilos en moins, c'est devenu franchement plus agréable de me déplacer ensuite.
Concernant les plus durs moments, je me souviens encore de plusieurs galères que je nommerais bien avec un grand G, dont certaines poussées à des niveaux encore jamais atteintes. Je me souviens notamment m'être perdu avec mon vélo en forêt en Nouvelle-Zélande, le soleil couchant, sans eau, ni nourriture, ni vêtements chauds, ni quoi que ce soit. Un moment de réelle panique sans aucun doute, où j'ai commencé à penser à ma potentielle survie en milieu hostile. La 3G, Google Maps, le peu de batterie qu'il me restait et 60 euros de hors-forfait, me sont venus en aide à ce moment-là. Il y a aussi ce jour où je suis resté bloqué au service d'immigration à la frontière Singapour-Malaisie, mes bagages dans le bus faisant route sans moi vers Kuala Lumpur, tout ça parce que la file d'attente que j'avais choisi pour faire tamponner mon passeport avançait trop lentement et que le chauffeur de mon bus, au bout d'un certain moment d'impatience, s'est dit « j'en ai marre je m'en vais ». Heureusement, l'officier du service d'immigration a appelé la compagnie de bus pour moi et s'est arrangé pour avoir mes bagages en lieu sûr.

10) As-tu des conseils pour de futurs voyageurs au long cours comme toi ?
Si vous avez réellement envie de faire un tour du monde, alors n'ayez aucune hésitation, foncez. Que ce soit en six mois, un an ou plus, vous vivrez à coup sûr des choses que vous ne vivriez pas en toute une vie sans partir. Ensuite, il faut être préparé psychologiquement à toutes sortes de situations même si on n'a aucune idée de ce qui va se passer. Je conseille aussi de ne pas hésiter à aller vers des inconnus ou à entamer une simple discussion avec un voisin car ça peut nous réserver de très bons souvenirs. Le monde n'est pas dangereux comme nous le montre les médias mais est rempli de personnes aimables, ouvertes et qui n'attendent que de pouvoir découvrir, apprendre de nouvelles choses et échanger avec d'autres personnes, peu importe le pays où vous vous trouverez. Un autre conseil serait de voyager lentement. Un an de voyage, ça peut faire court pour toute la planète mais c'est quand même une longue période. Savoir prendre son temps parfois, se ménager physiquement et se reposer sont des choses importantes à prendre en compte surtout si vous avez prévu de faire plusieurs treks. On peut avoir tendance à vouloir aller partout, tester beaucoup de choses car on se dit que c'est la chance de notre vie, mais il deviendrait dommage d'être épuisé voire de tomber malade à cause d'un surmenage. Je lai appris à mes dépens. Enfin, mon dernier conseil serait de vous écouter en voyage, tout simplement : « de quoi avez-vous envie ? » puis faites-le. Il s'agit de votre tour du monde, probablement le seul de votre vie. N'allez pas quelque part ou ne suivez pas un itinéraire juste parce que d'autres voyageurs le font ou parce que c'est un juste « classique » écrit dans tous les livres. Mais faites-le parce que c'est ce que vous avez envie de faire.

11) As-tu déjà d'autres projets de voyages dans le futur ?
J'aimerais beaucoup visiter le Vietnam en famille, mon pays d'origine. C'est un projet qui a longtemps été évoqué avec mes parents et j'espère pouvoir le réaliser dans un future proche. Sinon j'ai toujours envie de découvrir le monde et d'autres endroits que je ne connais pas encore, mais je préfère me consacrer sur la suite de mon actuel tour du monde pour le moment et me laisserai aller à d'autres idées de destinations concrètes lorsqu'elles viendront.

close

Récupérez votre mot de passe :