Actualités voyage d'AVI International assurances
  • imprimer
  • mail

Working Holiday en Australie: Interview d'Alicia pour AVI

PVT australie, témoignage d'Alicia pour AVI International

Vous vous souhaitez partir découvrir ce magnifique pays qu'est l'Australie ? Mais comment et quand se lancer dans cette aventure ? Découvrez l'interview d'Alicia partie en Working Holiday pendant 12 mois.

Quel âge avais-tu quand tu es partie ? Pour quelles raisons es-tu partie et combien de temps a duré ton voyage ?

J'avais 18 ans quand je suis partie. Je suis partie d'un côté pour me tester, pour gagner en autonomie et en indépendance, et de l'autre pour découvrir un pays complètement différent de la France, à l'autre bout du monde. Mon voyage a duré aussi longtemps que mon visa « working holiday » le permettait : 1 an.

As-tu fait appel à ton assurance voyage pour un problème de santé ou autre ?

Pendant mon PVT, je suis partie 2 mois en Asie avant de revenir sur le territoire australien. Pendant ce séjour, j'ai eu la malchance de me faire attaquer et mordre par des singes. Je suis donc allée à l'hôpital où l'on m'a fortement conseillé de suivre tout un processus de vaccin contre la rage. Les soins m'ont coûté en tout presque 1000 euros. Une fois rentrée en France, j'ai envoyé tous mes justificatifs à l'assurance qui m'a, par la suite, remboursée intégralement.

AVI propose une assurance spécialement adaptée aux PVT. Plus d'informations en bas de page.

Comment s'est passé ton arrivée ?

J'ai tout de suite été livrée à moi-même. Je me suis adaptée au mode de vie de backpacker (vie nomade, auberges de jeunesses etc.) et les rencontres se sont multipliées. Après un mois d'adaptation j'ai pu prendre mes repères et trouver des jobs là où je le pouvais : fruit picking, serveuse, nettoyage et beaucoup d'autre petits boulots.

As-tu été satisfaite de tes expériences professionnelles ?

Le fait que les petits jobs soient nombreux est un avantage, ils permettent de subvenir à ses besoins partout en Australie. Il faut savoir que même des emplois très peu qualifiés vous assurent de bons revenus. Par exemple, le fruit picking (récolte dans les champs) est payé autour de 15 dollars de l'heure. En plus, ces petits jobs permettent une certaine mobilité car ils ne vous engagent pas sur le long terme. La maîtrise de l'anglais est malgré tout un plus.

Le point négatif, c'est que les employés tournent beaucoup et qu'il faut assurer un minimum de performance pour ne pas se faire renvoyer. Et il faut bien comprendre que les emplois ne tombent pas du ciel. Il faut se donner du mal pour en trouver mais si vous y mettez du vôtre vous y arriverez comme moi.

Quelles ont été tes plus grosses difficultés ?

Tout s'est plutôt bien passé pour moi, je n'ai pas eu de « grosses » difficultés.

L'anglais, qui n'a jamais été mon fort, m'a posé quelques problèmes pour communiquer avec les Australiens.

Le coût de la vie est relativement élevé. Le logement, l'alimentation sont plus chers qu'en France mais d'un autre côté, le travail est mieux payé.

Tes meilleurs souvenirs ?

La vie en communauté et les rencontres sont les choses qui m'ont le plus marquée. J'ai vécu avec de nombreuses personnes toutes de différents pays. Je me suis fait beaucoup d'amis et ça m'a permis de profiter de mon voyage au maximum et de m'épanouir.

Les road trips comme la Gold Coast et les paysages sont aussi exceptionnels ! J'en garde de fabuleux souvenirs…

Quels sont selon toi les apports personnels et professionnels de ce voyage ?

C'est une des expériences les plus enrichissantes que j'ai vécue jusqu'ici. Je pense que ce voyage m'a beaucoup apporté personnellement. Le voyage c'est aussi le questionnement, c'est un face à face avec soi-même et c'est ce qui permet de grandir. Cette expérience m'a aussi apporté indépendance et autonomie. C'est un environnement dans lequel il faut s'adapter, et c'est une compétence qui s'est beaucoup développée là-bas.

Professionnellement, évoluer dans une culture différente apporte forcément. J'ai dû être polyvalente avec souvent des travaux complètement différents (dans des fermes, dans des restaurants etc.). Et bien sur cette expérience m'a permis d'améliorer mon anglais, ce dont je suis très contente.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs PVTistes ?

Ça dépend du projet de ce voyage. Si comme moi vous avez le projet d'être nomade et de voyager beaucoup, ne faites pas l'erreur de souscrire à un bail qui vous obligera à rester plusieurs mois au même endroit. Mais en Australie rien ne se passe comme prévu, alors à vous de savoir vous adapter.

Mais restez ouvert et allez vers les autres, c'est là que l'aventure commencera.

Si vous aussi vous souhaitez partir découvrir ce magnifique pays qu'est l'Australie, découvrez comment organiser votre PVT dans cet article: Comment organiser son PVT en Australie.


close

Récupérez votre mot de passe :