Actualités voyage d'AVI International assurance voyage
  • imprimer
  • mail

Destination Corée du Sud : interview de François pour AVI

seoul francois picard culture aventure pour AVI assurance voyage

Découverte de la Corée du Sud : François Picard nous raconte ses premiers jours en famille dans ce nouveau pays, ses premières rencontres, ses découvertes.

Fondateur de l'association Culture-Aventure, il co-organise chaque année avec AVI International la bourse AVI du voyage solidaire.

Pour quelle(s) raison(s) es-tu parti vivre en Corée en famille ?

Je m'y installe 3 mois afin de réaliser avec mon épouse Cécile Clocheret un ou plusieurs films documentaires.

L'idée est de couvrir les destinations phares du pays et de m'intéresser à divers aspects culturels, que ce soit l'art du nœud coréen (maedup), les arts martiaux (taekwondo, hapkido, sabre), la lutte ou encore la fabrication de masques. Trois mois de tournage, ce n'est pas de trop. D'autant plus que nous partons avec nos filles de 3 et 5 ans.


Avant cela, dans quels pays asiatiques as-tu vécu ?

J'ai traversé l'Asie centrale à vélo, puis la Chine, enfin le Pakistan, l'Inde et le Bangladesh. J'ai aussi reconstitué à pied la Piste Ho Chi Minh avec Cécile (2000 kilomètres). Nous avons aussi beaucoup crapahuté, avec notre première fille pendant plusieurs mois autour d'Angkor. Celle-ci a fêté son premier anniversaire sur une des Voies royales de l'Empire khmer que nous reconstituions à pied. Ces expéditions ont donné lieu à de nombreux films diffusés à la télévision française.


Comment votre installation en Corée du Sud s'est-elle passée ?

Le soir de mon arrivée, je rencontrais un pratiquant d' hapkido (un art martial coréen) qui me présentait son maître le lendemain. Je filmais donc très vite ma première séquence, sans avoir eu le temps de me poser ou de me remettre du décalage horaire. Mais j'aime cela. J'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver une grande ville d'Asie.

Quant à Cécile, elle partait s'installer à Pusan, deuxième ville du pays, tout au sud, avec nos filles. Je l'ai rejointe très vite pour programmer la suite du tournage.


Tes premiers mots en coréen ?

« anyoung haseyo » pour dire bonjour; « gomapseumnida » pour dire merci.

Je sais plus ou moins compter jusqu'à dix et dire quelques mots pas souvent utiles du genre «grande cuillère».

Je n'apprends pas assez vite... Mais la langue coréenne présente de grands avantages pour les Occidentaux qui veulent l'apprendre : ce n'est pas une langue tonale et l'alphabet est syllabaire. Cela aide énormément.


Quelles sont selon toi les 5 choses à faire ou à visiter en Corée du Sud ?

Au bout de 15 jours, c'est trop tôt pour le dire. J'aime beaucoup l'énergie des grandes villes (Séoul et Pusan).

J'ai pu visiter un très beau parc national classé par l'Unesco, le Seoraksan.

Les tombes royales de Gyeongju sont aussi intrigantes et portent une atmosphère très particulière...

Enfin, je n'oublierai pas mon long voyage assez pénible en voiture (avec deux filles surexcitées à l'arrière) pour filmer un Bouddha du 8 ème siècle dans une grotte à Seokguram. À l'arrivée, nous découvrons des panneaux « interdiction de filmer » devant la statue...

Pour l'instant, j'ai moins visité des lieux incontournables que suivi des personnes, vécu des moments magiques... Comme cette démonstration de sabre en pleine nuit dans un parc...

Ou filmer une compétition national de lutte traditionnelle...

L'avantage de ce métier, c'est de sortir des sentiers touristiques, aussi beaux soient-ils. Et je partagerai tout ce vécu avec ceux qui verront notre travail !


A suivre ...

Yvan

Pour aller plus loin :

close

Récupérez votre mot de passe :